webleads-tracker

Normes BIM et ISO 19650 : application pratique pour la gestion de l’information

  • 0
  • 11 mars 2019
Expert normes BIM et ISO 19650

Un rapport de PwC prévoit que le secteur de la construction connaîtra une croissance mondiale de 85 % d’ici 2030 et atteindra un volume de 15,5 milles milliards  de dollars américains. Pour suivre le rythme de cette évolution, de nouvelles méthodes de travail et de nouveaux concepts de coopération doivent être mis en œuvre, tels que le BIM. Afin de rendre justice à cette évolution au niveau international, la norme ISO 19650, par exemple, a été publiée. Cette norme met l’accent sur la gestion de l’information dans les projets de construction et favorise une meilleure exploitation du potentiel du BIM au-delà des projets et des frontières de l’entreprise. Mais qu’est-ce qui se cache derrière ces nouvelles normes BIM et quels impacts ont-elles sur la pratique ?

 

Gestion de l’information conforme aux normes BIM

 

Jusqu’à présent, de nombreuses normes ont été créées pour tenter de répondre à la question de l’application pratique du BIM. Celles-ci se concentrent principalement sur les techniques et les exigences ainsi que sur les aspects organisationnels des projets de construction orientés BIM. Un aspect important mais souvent négligé est la gestion de l’information pour les projets utilisant la méthodologie BIM (« Collaboration BIM « ). La norme britannique BS 1192 a été l’un des pionniers de la collaboration BIM depuis quelque temps déjà. La norme ISO 19650, qui offre maintenant une perspective internationale sur ce sujet et fournit des réponses sur la gestion de l’information et sa mise en œuvre, est récemment devenue disponible. Dans cet article, les conditions ainsi que les exigences techniques et les normes BIM seront discutées.

 

Normes BIM : collaboration basée sur les conteneurs d’informations

 

Tous les participants au projet doivent coordonner les aspects techniques et organisationnels pendant toutes les phases du projet, et bien sûr aussi efficacement que possible. Il en résulte une utilisation ciblée du BIM et c’est ce qui conditionne la réussite de l’exécution et de la réalisation du projet. Les directives nationales et internationales et les normes BIM, qui définissent les rôles, les tâches et les processus de base de la coopération, sont alors essentielles.

 

La norme ISO 19650 (« Gestion de l’information à l’aide de la modélisation des informations du bâtiment ») réglemente les bases essentielles de la coopération. Elle a été publié fin 2018 en tant que DIN EN ISO. La norme ISO 19650 est largement basée sur la norme anglaise PAS 192-2 pour la gestion de l’information dans la planification et la construction. La coopération basée sur les conteneurs est donc abordée :

  • Conteneurs d’information : Les modèles spécialisés y sont stockés par les participants au projet.
  • Chaines de transmission de l’information dans lesquelles les participants au projet échangent, vérifient et réutilisent les modèles techniques.
  •  EDC ou environnement de données commun : un EDC est utilisé pour l’administration centrale des conteneurs d’informations et pour coordonner les processus de livraison

La normalisation internationale BIM est complétée par des directives nationales.

Pour une organisation réussie des processus BIM

 

Les processus de diffusion de l’information sont au cœur de la conception d’une collaboration basée sur les conteneurs. Ils régissent quels participants au projet doivent fournir quels modèles et documents à quel moment et dans quelle qualité, selon quelle structure, et à quel collaborateur du projet.

 

La norme ISO 19650 fournit des outils de planification à cet effet, tels que les exigences en matière d’échange d’informations (EIR ou AIA), le plan d’exécution BIM (BEP ou BAP) et le Master Information Delivery Plan (MIDP). En pratique, cela signifie que dans les projets BIM, les structures organisationnelles sont d’abord définies en détail dans la gestion de projet. En plus des processus, des rôles et des services et informations nécessaires, les cas d’utilisation du BIM et de l’infrastructure informatique nécessaire sont également pris en compte. Le BAP, qui synthétise tous les accords pour les participants au projet, s’est imposé comme le document central à cet égard.

 

En outre, les règles d’échange de données et de communication font partie de l’infrastructure informatique. D’une part, cette dernière définit les versions logicielles, les formats de données ouverts et propriétaires (tels que IFC 2×3, SMC) et les directives de modélisation, d’autre part, elle définit les structures de stockage, les droits d’accès et les workflows pour l’administration, la distribution et l’assurance qualité des informations du projet dans un environnement informatique commun, un EDC.

 

Grâce à l‘EDC et à une gestion de l’information réglementée

 

L’utilisation d’un EDC cloud assure la gestion sécurisée de toutes les informations du projet et une communication efficace entre toutes les parties concernées. De nombreux flux de travail tels que le contrôle des plans, la validation des factures ou la gestion des défauts peuvent être facilement configurés dans l‘EDC pour la gestion des projets. De plus, des applications mobiles et des services d’analyse permettent de s’assurer que les informations du projet sont enregistrées et évaluées efficacement sur le chantier de construction.

 

Toutes les informations du projet dans l‘EDC sont stockées dans des conteneurs avec des informations supplémentaires sur les auteurs, le contenu, les tâches, le statut et l’historique des versions. Les conteneurs les plus importants de la collaboration sont :

  • Les sous-modèles : modèles BIM de métiers ou de sous-projets individuels
  • Les modèles de coordination : combinaisons de plusieurs modèles partiels apparentés
  • Les 3D-Maker : Marqueurs avec commentaires dans le modèle partiel ou de coordination
  • Les documents de projet : plans, contrats, rapports, procès-verbaux et photos, factures structurées des quantités, coûts, échéanciers et plus encore.

 

Les normes BIM ISO 19650 et DIN SPEC 91391 définissent des classifications ainsi que des processus de test simples. Dans la pratique, ceux-ci doivent généralement être étendus et adaptés, car de nombreux projets de construction ont déjà des classifications pour les départements respectifs et des workflows pour la vérification des plans ou la communication. Des modèles de coordination et des marqueurs 3D devraient également être intégrés dans les processus d’inspection. Ceux-ci peuvent être créés dans l‘EDC ou dans un logiciel BIM externe (par ex. DESITE, Navisworks, Solibri) et dans le BIM Collaboration Format (BCF).

 

Conclusion : le BIM devient réalisable dans la pratique

 

Idéalement, ceux qui mettent en œuvre leurs projets de construction avec le BIM permettent une gestion de projet allégée, transparente et reposant sur des données, ainsi qu’une chaîne intégrée de transmission sans interruption d’informations tout au long du cycle de vie d’un bâtiment. Bien entendu, cela ne peut réussir que si tous les participants adhèrent aux contenus et processus convenus et si le projet dispose d’une gestion de l’information réglementée. Des normes telles que la norme ISO 19650 règlemente exactement ce à quoi cela doit ressembler, et de telles règles sont importantes pour uniformiser la gestion de l’information. De cette façon, le BIM devient réalisable dans la pratique. Par exemple, l‘intervenant, qu’il soit planificateur, entrepreneur ou sous-traitant, sait exactement ce qu’il doit livrer quand et dans quelle mesure grâce à ces spécifications, et peut donc travailler de façon beaucoup plus concrète dans sa fixation des prix. Afin d’être en mesure de devenir une méthode de travail coordonnée et basée sur un modèle, il est essentiel que tous les intervenants du projet aient une bonne compréhension du BIM et de la collaboration BIM. Les autres défis à relever sont les investissements supplémentaires obligatoires dans l’infrastructure informatique et le développement du savoir-faire correspondant.

 

Rencontrez-nous au salon BIM World Paris, les 2 & 3 avril 2019 et discutons ensemble de vos besoins

 

Auteur:

Sven-Eric Schapke, Directeur BIM/PLM, think project!

Traduction : think project! France

Références photos

© think project!

 

Laissez un commentaire

Vous avez un projet ?

Pour répondre à vos questions, échanger avec nos équipes, en savoir plus sur nos solutions ou organiser une présentation : contactez-nous en un clic !